2.14.87.1, 2019-04-02 08:54:09

Vous lisez:: Cinq amis. Une passion. 27.000 km.

Combi
Cinq amis. Une passion. 27.000 km.

C’est le voyage de leur vie. Et ce voyage, ils l’ont réalisé en Combi. Pendant trois mois, cinq amoureux de Combi originaires de Malaisie ont parcouru 27.000 km sur deux continents avec l’objectif de rejoindre l’usine des Véhicules Utilitaires de Hanovre.

Avec deux T1 et un T2, de la Malaisie jusqu’en Allemagne.

C’est au début du mois de mars 2017, au départ de la Malaisie, leur pays natal, qu’a commencé le périple de cinq fans de vieux Combi : Cliften Nathaniel (T2), Terence Moses (T1), Stephen Pang (T1), Monica Xavier et Udhaya Kumar (Coccinelle). Ils ont réalisé ce voyage par leurs propres moyens à bord de trois Combi et d’une Coccinelle des années 1967 et 1978. Ils sont passés par la Thaïlande, le Laos, la Chine et la Russie, sur des routes parfois aventureuses, pour finalement atteindre l’Europe. « Les Combi sont tout simplement indestructibles. Et quand il y a une réparation à faire, nous pouvons nous en charger nous-mêmes », raconte Terence Moses, un conducteur de T1. Le groupe est parfaitement bien équipé. Sur les galeries sont entassés des valises, mais aussi des pneus, des pièces de rechange et des boîtes à outils.

En juin, nos globe-trotters arrivent en Allemagne et créent une véritable attraction aux 7e International Volkswagen Veteran Meet, à Hessisch Oldendorf. 45.000 personnes venant du monde entier se sont retrouvées à l’occasion de cet événement, la Mecque des fans de Volkswagen refroidies par air. Avec leur histoire étonnante et leur joie communicative, les cinq voyageurs deviennent vite les stars de ces Rencontres. Pendant trois jours, ils illuminent les festivités de leur présence, sont constamment en train d’échanger, se font photographier et nouent des contacts. « C’est la plus belle expérience de toute ma vie ! », déclare Stephen Pang, tout sourire, adossé à son T1, à propos du périple du groupe. « Et maintenant, ici à Hessisch Oldendorf, j’ai l’impression d’être au paradis ! »

« C’est la plus belle expérience de toute ma vie ! »

Stephen Pang, conducteur de T1

De vieux Combi dans le hall de production.

Leur voyage se poursuit ensuite vers le but principal, le site de Hanovre. Les cinq amoureux de Combi pénètrent même avec leur véhicule dans les halls de production, où ils sont chaleureusement accueillis par Friedrich Mattiszik, le responsable du site.  « Nous savons que nous avons des fans dans le monde entier », déclare-t-il, impressionné. « Mais des fans venant de si loin avec d’anciens modèles, nous n’en avions encore jamais vus. » Il fait ensuite visiter à ses hôtes le site de production de la gamme actuelle. Stephen Pang est absolument ravi. « Pour nous, c’est un rêve qui devient réalité, car nous avons toujours eu envie de découvrir le lieu de fabrication du Combi. » Stephen est impressionné par les dimensions de l’usine et par la collaboration parfaite entre les hommes et les robots.

Leur voyage se poursuit ensuite vers le but principal, le site de Hanovre. Les cinq amoureux de Combi pénètrent même avec leur véhicule dans les halls de production, où ils sont chaleureusement accueillis par Friedrich Mattiszik, le responsable du site.  « Nous savons que nous avons des fans dans le monde entier », déclare-t-il, impressionné. « Mais des fans venant de si loin avec d’anciens modèles, nous n’en avions encore jamais vus. » Il fait ensuite visiter à ses hôtes le site de production de la gamme actuelle. Stephen Pang est absolument ravi. « Pour nous, c’est un rêve qui devient réalité, car nous avons toujours eu envie de découvrir le lieu de fabrication du Combi. » Stephen est impressionné par les dimensions de l’usine et par la collaboration parfaite entre les hommes et les robots.

Après des milliers de kilomètres, ils ont atteint la France puis l’Espagne à l’automne. C’est ce qu’ils relatent dans leur journal de bord sous « Live2DriveMY » sur Facebook. Dans chaque pays où ils se rendent, ils sont accueillis par d’autres fans de Combi qui les invitent à manger ou les aident à réparer s’ils ont des problèmes mécaniques. Leur périple n’est toujours pas fini ! Après un total de 50.000 km, leur aventure doit se terminer au point de départ, en Malaisie, à bord de leur ancien véhicule.