Ron Heran, assis sur le toit d’un T3.
Ron Heran, assis sur le toit d’un T3.
Ron Heran, assis sur le toit d’un T3.
Ron Heran, assis sur le toit d’un T3.
Transporter

Living the Van Life : l’amour inconditionnel d’un vététiste pro pour le T3

Transporter

Living the Van Life : l’amour inconditionnel d’un vététiste pro pour le T3

Rob Heran est l'un des meilleurs vététistes d'Allemagne. Au volant de son T3, il parcourt sans cesse les routes à la recherche des endroits les plus spectaculaires pour ses cascades. 

Rob Heran est l'un des meilleurs vététistes d'Allemagne. Au volant de son T3, il parcourt sans cesse les routes à la recherche des endroits les plus spectaculaires pour ses cascades. 

La fascination pour le VTT s'est emparée de Rob Heran dès l'âge de cinq ans. Un jour, sa sœur l'a emmené au parc, l'a mis sur le vélo pliant de sa maman et l'a poussé pour lui donner de l'élan. L’ivresse de la vitesse n’a suscité aucune peur, mais de l'enthousiasme. Aujourd'hui, à 36 ans, il est vététiste professionnel et son armoire de trophées déborde... Au-delà des compétitions, il est toujours à la recherche de nouveaux défis avec son vélo. Il est prêt à aller au bout du monde pour réaliser ses rêves. Il a déjà parcouru tous les pays d'Europe et même voyagé sur le continent africain pour explorer les limites du possible sur des terrains inédits et dans les conditions les plus extrêmes. Il lui fallait un véhicule spécial adapté aux exigences d'un pro du VTT toujours en mouvement. Rob Heran et le Volkswagen T3 se sont rapidement trouvés. Quel est le lien qui soude l’homme à sa machine ? Et pourquoi n'y a-t-il pas d’autre solution que le T3 ? Le natif de Prague nous fait découvrir sa « Van Life » et explique pourquoi les quatre roues motrices sont indispensables dans ses périples.

Le T3 de Rob Heran avec, en toile de fond, des montagnes impressionnantes.
Rob Heran s'arrête directement sur le spot et y passe la nuit, à bord de son T3 entièrement aménagé et équipé. Il peut donc commencer ses randonnées en VTT dès les premiers rayons de soleil.
Portrait d’un conducteur de T3 : Rob Heran.
Rob Heran
Le célèbre vététiste professionnel est né à Prague (République tchèque) en 1981 et a grandi à Munich. À l'âge de 15 ans, il avait rassemblé l’argent nécessaire à l’achat de son premier VTT. Il a ensuite disputé des compétitions et remporté de nombreuses victoires. En 2001, il a acheté son premier T3 et a commencé sa vie en van avec tout son équipement de professionnel du VTT.

Quand as-tu eu le coup de foudre pour le Bulli ?

J'ai acheté mon premier Volkswagen T3 sur Internet pour 890 euros pendant mes études.  Un Transporter bleu de l'Agence fédérale allemande de secours technique. Je l’ai complètement vidé, j’y ai intégré un lit et je suis resté très minimaliste pour le reste de l’équipement. Logique, car il fallait encore y caser des vélos, des planches de surf et des snowboards. Après mes études, j’ai quitté mon appartement et j'ai vécu plusieurs années dans mon fourgon


Que s’est-il passé ensuite ?

Il y a dix ans, j’ai fait une « mise à niveau » et j’ai acheté un T3 pour 5 400 euros. Il provenait d’un stock militaire et était en très bon état. Une voiture radio avec deux alternateurs. J’ai beaucoup plus modifié ce véhicule : je l’ai chaussé de gros pneus, j’ai assombri les vitres, j’y ai installé un système de sonorisation et posé du parquet. Officiellement, le T3 était toujours un Transporter immatriculé comme un véhicule utilitaire, mais il était déjà beaucoup plus confortable.

Pourquoi la Van Life est-elle si intéressante pour un vététiste professionnel ?

En tant que professionnels du VTT, nous avons le luxe d’obtenir des autorisations spéciales dans les montagnes et dans les régions excentrées pour y tourner des vidéos de nos cascades. Nous pouvons passer la nuit dans les montagnes en ayant tout notre équipement à portée de main. Dès les premiers rayons de soleil, nous nous mettons directement au travail. Le T3 est alors indispensable comme « camp de base » en montagne.


Où le T3 t’a-t-il déjà emmené ?

J’ai sillonné toute l’Europe. J’ai franchi tous les cols alpins. En Italie, en France, en Espagne et au Portugal, je connais les meilleurs spots et les meilleures pistes de VTT. Je suis allé jusqu’au Maroc avec le T3. Dès que vous franchissez la frontière, vous vous rendez compte que vous êtes en Afrique. Le véhicule s’est toujours parfaitement adapté aux nouvelles conditions. 

Dans l’arrière-pays de Marrakech, j’ai réussi à sortir d’un bourbier par mes propres moyens grâce aux quatre roues motrices et au snorkel !
Rob Heran
Le T3 de Rob Heran traverse une mare. À l’arrière-plan se dressent quelques palmiers.
Rob Heran est parvenu à atteindre le Maroc avec son T3. Outre les surprises culturelles du continent africain, il a également trouvé de nouveaux reliefs et paysages pour scénariser des cascades en VTT encore plus spectaculaires.

En parlant de « treuil » : quel équipement est indispensable ?

Je dispose de tous les outils nécessaires pour entretenir mes vélos loin de tout, et pour « recoller les morceaux du T3 » si nécessaire (rires). Tout ce dont j’ai besoin, c’est d’un jeu de clés à douille, de quelques clés Allen, d’un jeu de clés à cliquet et d’un bon cric. C’est le gros avantage des véhicules utilisant des technologies à l’ancienne : vous pouvez les réparer n’importe où.


As-tu déjà connu un tel cas de figure avec le T3 ?

Au Maroc, j'ai dû réparer la boîte de vitesses. Deux mécaniciens locaux m'ont aidé. Sur un spot de surf, nous étions tous les trois sous la voiture et nous avons retiré la boîte de vitesses complète avec mes outils. Bien sûr, mes collègues du moment n'avaient pas la pièce de rechange appropriée. Sans plus tarder, ils ont récupéré la pièce adéquate sur une vieille Golf dans une casse automobile et l’ont usinée jusqu'à ce qu’elle s’adapte. La boîte de vitesses fonctionne encore parfaitement aujourd'hui.

Rob Heran effectue un saut spectaculaire avec son VTT, par-dessus son bus T3.
L’espace intérieur du T3 est sensationnel ! Le moteur est monté à l'arrière. Le lit est construit par-dessus. J'ai encore de la place pour quatre ou cinq roues.
Rob Heran
Le T3 de Rob Heran stationné, de nuit, au cœur d’un paysage de montagne sauvage. La croix sommitale est visible au premier plan.

Quels sont les points forts du T3 dans le cadre de tes activités ?

L’excellente technologie de la transmission intégrale m’a, comme je l’ai déjà dit, souvent sauvé la mise en hors-piste. Et grâce aux deux blocages de différentiel mécaniques, je ne perd jamais l'adhérence. Et puis, l’espace intérieur du T3 est tout bonnement sensationnel. La position du moteur, à l’arrière, permet de dégager un espace intérieur royal. Je dors pratiquement sur le moteur, là où le lit est installé, mais il y a encore assez de place pour transporter quatre à cinq roues.

Dans quelles contrées voudrais-tu encore voyager avec ce miracle de l’espace intérieur ?

Mon rêve est de traverser les océans pour m’élancer sur les routes américaines au volant du Bulli. Je commencerais mon périple sur la côte ouest du Canada pour y vivre la fin de l’été et l’été indien.  Ensuite, je suivrais le soleil en direction de la Californie, puis encore plus loin, en Amérique du Sud. En fait, l’idée de ce périple panaméricain m’enthousiasme déjà ! 

Un bus T3 sur le pont élévateur d’un garage.
Il a fallu trois ans pour transformer et restaurer le T3 – tout cela à la main et presque sans aucune aide extérieure. Rob Heran s’est ainsi créé une maison sur roues parfaitement adaptée à son style de vie de vététiste professionnel. 

Portrait du T3

  • Année de construction : 1990
  • Moteur : 1,9 litre TDI
  • Puissance : 88 kW (120 ch)
  • Vitesse maximale : 140 km/h
  • Points forts de l’équipement : quatre roues motrices, deux blocages mécaniques de différentiel, roues de 15 pouces, protection du soubassement, snorkel avec filtre cyclonique

Ta passion pour le T3 a-t-elle déjà fait des émules ?

Certains adolescents qui ont déjà participé à mon Bike-Camp sont sur le point de commencer leurs études. Ils entendent toutefois exploiter cet intervalle de temps pour effectuer un périple à vélo. Je leur prodigue des conseils sur la manière de convertir un Transporter avec un tout petit budget afin d’en faire le véhicule idéal pour courir de telles aventures. Entre-temps, j’ai déjà un grand nombre de followers sur Internet. Des fans de Volkswagen me demandent aussi comment j’ai converti mon T3.


En tant que vététiste professionnel, tu as déjà accompli beaucoup de choses.  Quels sont tes prochains objectifs ?

Sur le plan sportif, j’entends encore m’améliorer et évoluer. Je teste de nouvelles cascades et de nouveaux mouvements, car tout vététiste professionnel apprend tout au long de sa vie. La compétition ? Je ne la recherche plus nécessairement. Pour moi, il est important, quel que soit l’endroit du monde où je descends de mon Bulli, de pouvoir maîtriser les éléments à tout moment.

Rob Heran et son T3 dans un champ de maïs.

Votre navigateur ne semble plus à jour.

Il se peut dès lors que notre site web ne fonctionne pas de manière optimale.
Nous vous recommandons de procéder à la mise à jour de votre navigateur.

Installer la version la plus récente vous permettra de surfer idéalement partout sur Internet.

Merci pour votre visite et bonne navigation.

Votre équipe Volkswagen Commercial Vehicles